Le Show du nouvel an 2011, Place Jacques-Cartier à Montréal
Bernadette en spectacle 31 décembre 2010

Photos et vidéos par Sophie Pascal

OK, je ne suis pas le moindrement objective. Je suis franchement emballée par ce groupe et incapable de lui trouver la moindre bibitte. Le moindre bé mol. Pas d’erreur, de note égarée. Pas de bavure de section rythmique non synchronisée. Même pas de mauvais timing, de retard, rien.

Au contraire, je suis captivée par ce groupe dont tous les membres sont impeccables sur le plan technique : du batteur (Patrick Nadeau) qui maintien un rythme fort et endiablé à souhait, un bassiste à dreadlocks (Pascal Poirier) qui aime se promener sur des basses fréquences rock-R&B très créatives, un guitariste (Étienne Miousse-Olivier) capable de nous interpeller par ses riffs intéressantes.

Puis Amélie Poirier-Aubry à l’accordéon, avec ce bazou à vent attaché par des harnais qui lui parcourent le corps et qui à l’air de peser 50 kilos, semble s’amuser en pitonnant sans effort des harmonies et des accompagnements parfaitement dosés et en virevoltant d’un bout à l’autre de la scène avec ce machin sur la poitrine, rejoindre ses acolytes pour un petit scat à trois le temps d’un solo.

Mais le clou c’est le parolier, Francis Farley-Lemieux, qui joue de la guitare et l’harmonica aussi. Dire qu’il m’épate c’est léger. Ses textes sont sentis et profonds, on entrevoit une âme sensible derrière ces yeux bleus qui vous parlent à vous quand il chante… En plus, il a un timbre de voix feutré qui me rappelle celui d’un Jean Ferrat. Je craque.

Francis Farley-Lemieux

Comme pour démontrer cette sensibilité, juste avant le décompte, Farley-Lemieux se met à envoyer des sachets de menthes pour que les couples puissent s’embrasser au coup de minuit, et des petits toutous pour les gens seuls… Évidemment j’en ai attrappé un…

C’est comme ça, chers amis, que, sans un brin d’objectivité aucune, je vous dévoile mon groupe québécois fétiche. Je m’en peux plus. Comme on dit.

Le bonheur c’était d’avoir amorcé l’an 2011 avec eux et au moins 10 000 autres fêtards sur la Place Jacques-Cartier, même sous la pluie. Fierté montréalaise au max.

Voir version complète de La Datcha, live, le 1er janvier 2011, vers 12h30 du matin:

Advertisements